Vanhoutvinck Valérie

Bibliographie

x

Formation

Valérie Vanhoutvinck, 43 ans, mère de 2 enfants, ViT et TravaillE à Bruxelles/ Belgique -

Après des études de Scripte/Montage à l’INSAS, une Licence en Arts et Sciences de la Communication à l’Université de Liège et un master ‘Storia del cinema et del teatro italiano’ à l’Universita di Perugia en Italie/RéalisE à partir de 1996 des films documentaires/

Initiée à différentes pratiques artistiques et techniques de communication/

CréE en 2001 l’asbl RougiR dont l’objet premier est d’inscrire dans diverses collectivités - avec/à l’aide de/sous/sur multiples mediums, supports et langages - des ateliers de recherche narrative et des laboratoires de création partagée envisagés comme outils de rencontre à soi-même et au monde ainsi que comme moteurs de lien social/

Sous les pseudonymes de valvnà et Valeria de La Pampa/PoursuiT depuis 2002 un travail de composition plastique et textuel autour du ROUGISSEMENT, de la VILLE et de l’idée de la TRACE en général/

FaiT de la rencontre et du travail avec les individus détenus/enfermés/entravés une priorité. 

En 2003/IntègrE et Co-animE depuis le ‘Réseau Art et Prison’ / http://artetprison.be.

En 2004/MontE la compagnie Urbaine de Création Mobile Les Rougisseurs au sein de laquelle elle EcriT, ScénographiE et Met en scènE, des performances, narrations et installations urbaines/

http://lesrougisseurs.canalblog.com

DevienT Ecrivaine Publique en décembre 2011 suite à la formation promulguée par Présence et Action Culturelles/OfficiE à l’Espace Citoyen de Marchienne-au-Pont ainsi qu’aux prisons de Lantin et Nivelles/

Genres

pluridisciplinaires (arts)

Public

tous

Objectifs

J’anime des ateliers qui allient différentes matières. Le mot émergeant au delà du texte.

Dans les ateliers, nous abordons les notions de rythme, d’espace public, de territoires, de collecte de mots, de symboliques, de matières sonores, visuelles, gestuelles. Tout ce qui est apporté par les participants peut devenir matière d’écriture, même sans écrits.

Les matières engagent des notions de représentation à travers des apports du cinéma, du dessin, du son, du mouvement, le quoditien (et ses objets), ... L’écriture peut être le geste, le corps dans l’espace.

Après une récolte de traces, de mots, on vide ses sacs et on construit des univers, des ensembles, des histoires et l’écriture émerge, le texte intervient comme élément et le "produit" final est un assemblage des écritures (plastiques, corps, mouvement, voix).

Les productions s’inscrivent dans une représentation collective ; la mise en place, en scène, en voix, en corps se fait par le collectif.

Déroulement

selon chaque atelier.