Quelques nouveaux arrivages dans notre centre de documentation au Réseau Kalame !

• « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »

Delphine de Vigan est romancière. Elle est notamment l’auteur de No et moi, Prix des Libraires 2008, adapté au cinéma par Zabou Breitman, des Heures souterraines (2009), adapté pour Arte par Philippe Harel, et de Rien ne s’oppose à la nuit (2011), Prix Fnac, Grand prix des lectrices de Elle et Prix Renaudot des lycéens. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

http://www.editions-jclattes.fr/dapres-une-histoire-vraie-9782709648523

• « L’interlocutrice » de Geneviève Peigné :

« Simenon et Exbrayat comme vous ne les avez jamais lus… Une femme atteinte d’Alzheimer tient avant sa mort son journal dans les marges des romans policiers du Masque. Au fur et à mesure que la maladie progresse, elle en vient à s’immiscer dans les dialogues des personnages, et à répondre pied à pied aux répliques de Miss Marple ou de Maigret.
Quelques mois après sa mort, sa fille découvre cette collection de livres, et une activité qu’elle ne soupçonnait pas. À travers la lecture de ces confessions souvent très prosaïques sur la douleur commence un dialogue posthume autour du livre et de l’écriture, qui pousse l’auteure à s’interroger sur elle-même. »

Geneviève Peigné, après avoir enseigné les lettres en Pologne, aux Antilles et en Algérie, a publié, sous son nom ou celui de Geneviève Hélène, quatre ouvrages chez Jacqueline Chambon, deux aux Éditions Virgile et chez Agnès Pareyre et Potentille. Plusieurs livres d’artistes en collaboration avec Claude Stassart-Springer, Jean-Marie Queneau, Petra-Bertram Farille et Catherine Liégeois. Elle a aussi fondé, dans la Nièvre, le festival Samedi poésies dimanche aussi.

http://www.lenouvelattila.fr/linterlocutrice/#auteur

• « Que faire de ce corps qui tombe » de John D’Agata et Jim Fingal

John D’Agata est écrivain. Il enseigne la création littéraire à l’université de l’Iowa. Il est notamment l’auteur de Yucca Mountain (Zones sensibles, 2012). Jim Fingal se définit comme hacker et fut pendant un temps fact-checker au magazine littéraire The Believer.

http://www.vies-paralleles.org/portfolio/que_faire_de_ce_corps_qui_tombe/

• « Archives familiales : mode d’emploi  » de Véronique Montémont et Catherine Viollet

Écrire un récit de vie invite à s’appuyer sur des documents, à intégrer divers éléments d’archives publiques ou privées : carnets, journaux personnels, correspondance, articles de presse, photographies – qui peuvent être à l’origine du récit, le soutenir ou l’accompagner. Ce livre propose des analyses d’universitaires et témoignages d’écrivains, qui se penchent sur la mise en récit de ces traces familiales : de quelle manière les intégrer au récit, les transformer, comment leur redonner vie ?

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=39564

Tous les membres du réseau peuvent consulter les ouvrages sur place, les emprunter. En plus, les membres ont accès à une imprimante, un ordinateur portable (accès wifi). Thés, cafés offerts.

En savoir plus :
http://reseau-kalame.be/-Documentation-