Les secrets d’écrivain de Pierre Lemaitre

Pourquoi avoir choisi le polar pour commencer à écrire ? Est-ce différent l’écriture d’un polar et celle d’un roman ?
J’ai choisi le genre du polar car ayant beaucoup lu étant jeune, je me sentais un peu écrasé par toutes ses lectures et pas aussi intelligent qu’un François Mauriac… Et puis, je pensais – à tort – qu’écrire un polar était plus simple. En fait il y a de nombreux codes à respecter pour que le lecteur s’y retrouve et c’est en fait assez contraignant. En écrivant Au revoir là-haut, je me suis senti beaucoup plus libre.

Le plus important, avant de commencer à écrire, c’est…
Pour moi, deux conditions sont indispensables. La première : je dois être capable de me résumer le livre le plus parfaitement possible en quelques phrases. Ce « pitch » doit contenir l’essentiel des enjeux concernant les personnages.
La seconde condition : « voir » les personnages. Une histoire, c’est avant tout des personnages. Quasiment rien d’autre parce que ce qui leur arrive est toujours relatif à ce qu’ils sont. Tant que les personnages ne sont pas devant moi… je continue à réfléchir.

Dans Au revoir là-haut, vous citez les écrivains dont vous vous inspirez…
Au fil du texte, j’ai emprunté ici et là à quelques auteurs : Emile Ajar, Louis Aragon, Gérald Aubert, Michel Audiard, Homère, Honoré de Balzac, Ingmar Bergman, Georges Bernanos… J’aurais pu me dispenser de donner cette liste dans Au revoir là-haut. Par là, j’essaie de suggérer qu’un auteur est un carrefour d’influences. Mes romans forment l’autodictionnaire de mes lectures.

(sources : aufeminin.com, lacavernedesidées.fr)

http://www.enviedecrire.com/les-secrets-decrivain-de-pierre-lemaitre/