Les femmes qui écrivent sont(-elles) dangereuses (?). - Journées thématiques

PROGRAMME des 3 jours :

Vendredi 19 juin 2015 @ FLAGEY STUDIO 5

19h30 : Introduction “Grisélidis Réal - La vie à l’état brut” par Sophie Jaussi

“Courtisane, Artiste, Révolutionnaire - autant d’appellations aux majuscules triomphantes que Grisélidis Réal (1929-2005) a saisi à bras le corps pour dire "merde !" à la morale bourgeoise et à toutes les formes d’embrigadement que la société présente comme inéluctables. Follement éprise de liberté et de vie, arcboutée à la nuit comme à la violence d’un amant, Grisélidis Réal a aussi été une écrivaine et une « correspondante » passionnée. Au-delà d’un désir d’écriture, c’est surtout d’un désir tout court que témoignent ses textes et ses lettres, tant ils incitent à s’accorder sans cesse au cœur battant du monde."

Doctorante en littérature française et comparée (Université de Fribourg et Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), Sophie Jaussi s’intéresse entre autres aux interactions entre écriture de création et écriture académique, aux différentes formes d’écritures du « je » et de l’intime, ainsi qu’aux représentations et aux expressions des corps, du féminin et de la sexualité dans la littérature et dans les arts. Elle travaille actuellement sur un projet de livre d’artiste autour d’une réflexion croisée sur l’érotisme au féminin (Ma culotte est à la réception)

20h00 - Grisélidis Real, carnet de bal
Un documentaire de Natacha Giler - 2013 - France - 53’

« Que vaut-il mieux prostituer : son cul ou son âme ? Le cul, bien entendu. C’est plus pénible physiquement, mais c’est plus propre. » Quand à 30 ans, au début des années 60, Grisélidis fuit Genève avec ses deux enfants et son amant noir, c’est pour quitter une vie qu’elle trouve trop ennuyeuse. Sans économie et sans destination précise, elle vit au jour le jour. Cette quête de liberté ne la lâchera plus. Par choix, elle deviendra une catin révolutionnaire, une femme forte et combative - habitée par la rage de l’humanité. Toute sa vie, elle se prostituera "pour ne pas mourir", écrira "pour ne pas mourir".

21h45 - Hiroshima mon amour
Un film d’Alain Resnais (sur un scénario de Marguerite Duras) - 1959 - France - 90’
Août 1957. Hiroshima. Dans la pénombre d’une chambre un couple nu, enlacé. Elle est Française, elle a 30 ans, elle est venue à Hiroshima pour jouer dans un film sur la paix. Lui est Japonais. Elle lui parle d’Hiroshima mais il ne cesse de lui répéter " tu n’as rien vu à Hiroshima"... Rares sont les films qui s’installent d’emblée dans la mémoire collective et d’une façon aussi durable et poignante. Ecriture éclatée, dialogues incantatoires : Resnais et Duras ouvrent des voies nouvelles au langage cinématographique.

%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%

Samedi 20 juin

@ FLAGEY STUDIO 2

13h –> 16h30 - 1ère partie - Atelier d’écriture autour de Marguerite Duras.
L’atelier permettra d’écrire des textes en expérimentant notamment le mélange des genres, le lien entre autobiographie et fiction, l’utilisation polyphonique des voix… Aucune connaissance de l’œuvre de Duras n’est requise pour participer à cet atelier d’écriture.
L’atelier sera animé par Marie-Andrée Delhamende, lectrice à voix haute, animatrice d’ateliers d’écriture, organisatrice de séjours littéraires. Elle est une « passeuse » de textes et invite l’auditeur à entrer dans les œuvres des écrivains par l
e biais de lectures commentées, ou à écrire à partir de leurs œuvres.
Nombre de places limité : 15 personnes / Prix : 65€/ Tarif réduit : 50 € / Infos et réservations pour l’atelier d’écriture : info@kalame.be

@ FLAGEY STUDIO 5

18h00 - Simone de Beauvoir : On ne naît pas femme
Un documentaire de Virginie Linhart - 2007 - France - 51’

Lorsque "Le Deuxième Sexe" paraît en 1949, c’est un scandale immédiat. Simone de Beauvoir a quarante et un ans quand elle publie cette exploration du continent féminin. À droite comme à gauche, on vitupère et l’on dénonce cette femme qui ose parler de tout ce qui concerne les femmes, sexualité et menstruations comprises. Grâce, ou à cause, de ces critiques véhémentes, le livre est immédiatement un "best-seller" dont le succès ne s’est jamais démenti. Traduit dans le monde entier, il continue de toucher des femmes de toutes origines. À l’aide de nombreux témoignages, ce film retrace la personnalité et le parcours d’une femme que l’on découvre bien différente de ce que la mémoire collective en a retenu ...

19h30 - Conférence de Jean-michel Devésa
 : Les femmes qui écrivent sont (-elles) dangereuses (?) - 50’

“Demeureraient indéchiffrables l’épuisement contemporain du désir et l’« atomisation » du sujet si n’était pas érigées en « repères et amers » des écrivaines comme Beauvoir, Leduc, Duras et la génération des romancières de l’intime. Elles sont souvent les meilleures analystes d’une « guerre des sexes » dont l’intensité n’a pas diminué avec les récentes avancées du féminisme. Leur parole heurte l’ordre d’un monde qui s’accommode toujours d’un « discours » social masculin, elle est un « danger » pour un patriarcat dont nul ne sait si l’actuel processus d’extinction ira ou non à son terme.”

Jean-Michel Devésa est en poste à l’Université de Bordeaux et écrivain. Ses domaines de recherche et de publication touchent à l’extrême contemporain français ; à l’analyse des représentations du corps et des genres dans les arts et la littérature ; à l’étude, selon un registre qu’on qualifierait sur le continent nord-américain, de « cultural studies », des littératures dans un « dialogue » permanent avec les autres arts. Il est l’auteur de nombreux articles ayant trait à Christine Angot, Catherine Millet, Annie Ernaux, Nelly Arcan, Alain Robbe-Grillet, Michel Houellebecq, etc.

20h45 - Violette Leduc : La chasse à l’amour
Un documentaire d’Esther Hoffenberg - 2013 - France - 60’
"Si on entreprend une autobiographie, il faut y aller à fond" affirme Violette Leduc.

L’homosexualité, l’avortement, la bâtardise, elle aborde chacun des sujets tabous des années 50 sans aucune hypocrisie. Sa "sincérité intrépide" lui apporte l’admiration et le soutien de Simone de Beauvoir. Presque 50 ans après le succès public de "La Bâtarde", la force des livres de Violette Leduc reste intacte, autant que sa personnalité originale. Un hymne à la liberté et à la magie des mots, le portrait touchant d’un écrivain en avance sur son époque.

22h00 - Détruire, dit-elle
Un film de Marguerite Duras - 1969 - France - 90’
Avec Michael Lonsdale et Catherine Sellers, Henri Garcin.
Une grande maison Directoire dans un parc ombragé semé de chaises longues, de tables et de parasols, où les hôtes peuvent se reposer à leur gré. Une jeune femme solitaire, silencieuse, étendue de longues heures sur un fauteuil de repos intrigue deux clients de cet hôtel : Stein, Israélite qui se dit " toujours tremblant, dans une incertitude tremblante " et Max Thor, jeune professeur et écrivain en puissance. Les deux hommes en viennent assez vite aux confidences. « Fulgurant comme l’amour, silencieux comme la mort, grave comme la folie, âpre comme la révolution, magique comme un jeu sacré, mystérieux comme l’humour, Détruire dit-elle ne ressemble à rien. »

%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%

Dimanche 21 juin - Journée Duras

@ FLAGEY STUDIO 2

09h30 - > 13h - 2ème partie - Atelier d’écriture autour de Duras
L’atelier permettra d’écrire des textes en expérimentant notamment le mélange des genres, le lien entre autobiographie et fiction, l’utilisation polyphonique des voix… Aucune connaissance de l’œuvre de Duras n’est requise pour participer à cet atelier d’écriture. L’atelier sera animé par Marie-Andrée Delhamende.

@ FLAGEY STUDIO 5

15h00 - Les lieux de Marguerite Duras- Partie 1
Un documentaire de Michelle Porte - 1976 - France - 45’

Dans l’œuvre de Marguerite Duras, et particulièrement dans son œuvre filmée, se retrouvent certains lieux, lieux privilégiés, lieux vides qui se répètent de manière obsessionnelle. Tout se passe comme si les lieux lui étaient nécessaires et préexistaient à toute création. Des lieux l’habitent, la hantent. Elle pose, construit une sorte de périmètre, d’espace, qui va induire, appeler une histoire. Les entretiens de cette première partie ont été entièrement enregistrés dans la maison de Marguerite Duras, à Neauphle-le-Château, où elle a également tourné plusieurs de ses films dont "Nathalie Granger".

16h00 - Lecture de / pour Marguerite Duras par Marie-Andrée Delhamende
Une lecture de morceaux choisis de textes de Marguerite Duras, ouverte à tous, ados, femmes mûres, et d’entre deux, hommes de tous poils, une sorte de lecture mini-anthologie. But : faire découvrir, redécouvrir, goûter ou regoûter à cette œuvre variée et si personnelle. Cette lecture intime se fera dans la salle de projection.

17h00 - Les lieux de Marguerite Duras - Partie 2
Un documentaire de Michelle Porte - 1976 - France - 58’

Dans cette deuxième partie, Marguerite Duras se souvient de l’Indochine de son enfance à travers des photos et des films comme "India Song" et "La femme du Gange". Elle évoque la vie de sa mère, ses origines familiales dans le Nord puis le départ en Indochine. Elle parle des femmes et du désir, explique la présence des voix féminines off dans ses films. C’est elle, la multiplicité qu’elle porte en elle. Là-bas, l’hôtel désert, le hall de l’immeuble de Trouville, la plage...

18h15 - Nathalie Granger
Un film de Marguerite Duras - France -1972 - 83’
Avec Jeanne Moreau, Gérard Depardieu, Lucia Bose

Dans une jolie maison des Yvelines, au bord d’une rivière, vivent deux femmes. L’une s’adonne aux travaux ménagers et au jardinage, assiste aux leçons de piano des enfants. L’autre, Madame Granger, s’inquiète de l’avenir de sa fille Nathalie, "d’une violence peu commune", a dit la maîtresse. Tout le film ne quitte presque jamais la maison, ne laisse filtrer que peu de choses de l’extérieur. Duras commence avec ce film à se débarrasser du superflu, à poursuivre par le vide et la casse (notamment entre images et sons) sa quête d’une intensité idéalement concentrée.

%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%

Un Cycle « Marguerite Duras » est organisé par CINEMATEK/FLAGEY à l’occasion du week-end thématique jusqu’au 29 août au Studio 5 – Flagey.

Les films diffusés sont : Hiroshima mon amour – Alain Resnais / Détruire-dit-elle – Marguerite Duras / Nathalie Granger – Marguerite Duras / Une aussi longue absence – Henri Colpi / L’amant – Jean-Jacques Annaud / Moderato cantabile – Peter Brook / Cet amour-là – Josée Dayan / Un barrage contre le pacifique – Rithy Panh

%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%¨%

Informations : cfa@scarlet.be
Réservations : T 02 641 10 20 | E flaticket@flagey.be | flagey.be
Réservation atelier d’écriture : info@kalame.be

SITES PARTENAIRES :

CINEMATEK : cinematek.be/
CENTRE DU FILM SUR L’ART : centredufilmsurlart.com/
RESEAU KALAME : reseau-kalame.be/
FLAGEY : flagey.be/fr
LIBRAIRIE LA LICORNE : licorneblog.be/
POESIE A L’ECOUTE : poesiealecoute.be/