Le roman comme art despotique de JP Goux