Le Prix Ilarie Voronca - poésie

ilarie_voronca-99da4.png

Le Prix Ilarie Voronca a été fondé en 1951 par Jean Digot et quelques amis réunis autour de lui, en souvenir du passage en Rouergue d’Ilarie Voronca, écrivain roumain réfugié pendant l’occupation à Moyrazès, petit village des alentours de Rodez.
Le Prix Ilarie Voronca a lieu tous les deux ans et couronne un manuscrit de poésie. Il est essentiellement un prix de découverte qui s’adresse à un auteur ayant encore peu ou très peu publié, soit sous la forme d’un livre papier ou sous la forme d’un livre numérique. A la clef de ce prix, l’édition du manuscrit par l’éditeur Jacques Brémond.

Association Poésie-Rencontres 12-Rodez BP 307 12003 Rodez Cedex 9 tél : 06 82 76 43 90 mail : poesie.rencontres.12@gmail.com
Prix Ilarie Voronca Règlement 2012

Règlement et conditions :

  • Les manuscrits retenus seront ceux qui, dans le balbutiement de la recherche, en prise avec des voies inexplorées du langage, apporteront un regard singulier sur le monde réel.
  • Les auteurs désirant participer au Prix Voronca devront nous faire parvenir leur manuscrit dactylographié sous les deux formes suivantes :- deux exemplaires imprimés format A4 au recto seulement, avec numérotation des pages - un exemplaire électronique au format PDF
  • Le manuscrit comptera un minimum de 40 pages et n’excédera pas 60 pages. L’envoi sera accompagné d’une courte notice biobibliographique sur feuille volante indépendante du manuscrit. Elle indiquera également le nom, l’adresse postale, le numéro de téléphone et, le cas échéant, l’adresse de courriel de l’auteur.
  • La date limite de l’envoi des manuscrits pour le Prix Voronca 2012 est le 15 mars 2012. Une présélection des manuscrits sera effectuée sous la responsabilité du Président du Jury.
  • Le prix sera proclamé dans le courant du mois de juin 2012. Le lauréat sera invité à Rodez au mois d’octobre suivant, dans le cadre d’une « Journée-Poésie » organisée par l’association Poésie- Rencontres 12.
  • Les documents seront envoyés à l’adresse suivante : Association Poésie-Rencontres 12-Rodez BP 307 12003 Rodez Cedex 9 Ils porteront la mention « Prix Ilarie Voronca » sur l’enveloppe. Les textes ne seront pas retournés.

Le jury du Prix Voronca

  • Le jury est composé de poètes, d’un lecteur et d’un ancien lauréat du Prix Voronca. Le jury s’accorde la possibilité de ne pas remettre le prix si aucun manuscrit n’est jugé d’assez bonne qualité.

Composition du jury pour le Prix Voronca 2012 :

Président du jury : Michaël Glück, Dominique Quélen, Fabienne Courtade, Emmanuel Laugier, Cédric Le Penven (Prix Voronca 2004), Hélène Sanguinetti, un lecteur choisi par l’association (non encore nommé).

La remise du Prix Voronca : trois temps forts

  • Une édition : le prix consiste en l’édition du manuscrit par l’éditeur Jacques Brémond ; installé à Remoulins dans le Gard, cet éditeur fait de chaque livre une œuvre singulière.
  • Une Journée-poésie autour du Prix Voronca
  • Le prix sera proclamé fin juin 2012 Au mois d’octobre suivant, le lauréat sera un des invités d’une Journée poésie organisée par l’association Poésie-Rencontres 12 à Rodez et ouverte au public. L’association donnera carte blanche au lauréat pour l’invitation de deux auteurs, dont un ayant une œuvre reconnue. Les auteurs invités seront entourés du Jury et de Jacques Brémond.

Le lauréat en résidence
L’année suivant la remise du Prix Voronca, une résidence d’écriture sera offerte au lauréat ; la durée en sera établie en concertation avec lui. Le travail d’écriture de l’auteur aura, pour berceau, un site du département de l’Aveyron qui sera choisi en fonction de sa sensibilité. Pas de thématique imposée ni de volonté illustrative du site. L’auteur, organisera son temps entre l’écriture et, s’il le souhaite, des ateliers et des lectures publiques. Une mise en forme (enregistrement, recueil, ou autre) restera comme témoignage de cette résidence.

Pour toute information complémentaire vous pouvez joindre Sidonie Chevalier par mail ou par téléphone : poesie.rencontres.12@gmail.com 06 82 76 43 90

 Rien n’obscurcira la beauté de ce monde Les pleurs peuvent inonder toute la vision. La souffrance Peut enfoncer ses griffes dans ma gorge. Le regret, L’amertume, peuvent élever leurs murailles de cendre, La lâcheté, la haine, peuvent étendre leur nuit, Rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Nulle défaite ne m’a été épargnée. J’ai connu Le goût amer de la séparation. Et l’oubli de l’ami Et les veilles auprès du mourant. Et le retour Vide, du cimetière. Et le terrible regard de l’épouse Abandonnée. Et l’âme enténébrée de l’étranger, Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Ah ! On voulait me mettre à l’épreuve, détourner Mes yeux d’ici-bas. On se demandait : « Résistera-t-il ? » Ce qui m’était cher m’était arraché. Et des voiles Sombres, recouvraient les jardins à mon approche La femme aimée tournait de loin sa face aveugle Mais rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Je savais qu’en dessous il y avait des contours tendres, La charrue dans le champ comme un soleil levant, Félicité, rivière glacée, qui au printemps S’éveille et les voix chantent dans le marbre En haut des promontoires flotte le pavillon du vent Rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Allons ! Il faut tenir bon. Car on veut nous tromper, Si l’on se donne au désarroi on est perdu. Chaque tristesse est là pour couvrir un miracle. Un rideau que l’on baisse sur le jour éclatant, Rappelle-toi les douces rencontres, les serments, Car rien n’obscurcira la beauté de ce monde. Il faudra jeter bas le masque de la douleur, Et annoncer le temps de l’homme, la bonté, Et les contrées du rire et la quiétude Joyeux nous marcherons vers la dernière épreuve Le front dans la clarté, libation de l’espoir, Rien n’obscurcira la beauté de ce monde.
Ilarie Voronca