La semaine de... Dominique Segalen (6/6)

"Borderline, parmi quelques cow-boys de l’écriture, il y a Copier-coller. Un fléau.

Facile, bref, genre ni vu ni connu. Certains s’y collent d’ailleurs sans pouvoir s’en dépêtrer.

Côté honnêteté, c’est zéro. Voler les mots des autres, c’est voler le bœuf plus gros que l’œuf, puis signer le bœuf comme si on l’avait élevé en batterie depuis son premier beuglement. Voler les idées, les pensées des autres par paragraphes entiers, c’est voler des visages, des voix.

Pas très élégant.

Un peu d’éthique, quoi, dans ce monde de brutes.

Restons vigilants. Attention à ne pas formater toute pensée sous contrôle d’une seule Police. Veillons à ne pas enregistrer pour toujours notre libre-arbitre dans un double-fond du disque dur, ni d’effacer nos préférences.

Contrôle Y. Répéter frappe : c’est ce que dit le monde de Word.

Comme dans la vraie vie, comme au Journal de 13 heures, comme dans le quartier quand les gens en viennent aux mains.

Mais dans la vraie vie, il est impossible de revenir en arrière quand on regrette son geste. Impossible de taper Contrôle Z et d’Annuler frappe.

Ça, c’est le monde réel des actus. Quand tu tapes, tu tapes vraiment.

Ça, c’est la réalité augmentée du monde sans Word."

KALAME