La semaine de ... David Giannoni (4/6)

Jeudi 10 janvier 2013- 11h15

Le 4e jour est jour de bascule.

Jour du vrai milieu dans la semaine.

Qui oriente le mouvement-lancer des énergies des trois premiers jours vers la matrice réceptrice des trois autres jours qui achèvent, par paliers successifs et en douceur, la semaine.

Trois jours sacrés et souvent dédiés au sacré, d’ailleurs, dans les diverses cultures. Si le Vendredi est musulman, le Samedi juif et le Dimanche chrétien, je me suis souvent dit que le Lundi qui suivait devrait un jour être clairement dédié à la Poésie, et donc aux poètes et amateurs du verbe, afin que chaque semaine débute par la ré-invention de tous les sens, par aucune cage de pensée pré-déterminée, champ pur de polysémies sauvages…

Le jeudi est d’ordinaire le jour que je commence le plus tard. Oui, car de temps en temps il m’arrive de dormir, de me reposer. C’est bon pour un homme, et même un éditeur, un directeur de Maison de la poésie de se reposer.

Le jeudi c’est aussi mon « jour boutique & rendez-vous » habituel.

Un peu comme le samedi. Non pas que je fasse les boutiques, entendons-nous : je me rends dans notre belle boutique-librairie maelstrÖm 4 1 4 que nous avons ouverte en décembre 2010. Le lieu-socle à partir duquel désormais s’organise la résistance à la barbarie qui s’en vient. Lieu-vitrine d’où nous sommes à toutes et tous visibles, non cachés, simplement là présents sur un piétonnier de la ville de Bruxelles, de la commune d’Etterbeek en particulier, à deux pas de la Place Jourdan et du Quartier dit « européen » des affaires et de la technocratie.

La poésie ne s’achète ni ne se vend, disait le groupe de poètes chiliens Casagrande.

Ce qui n’empêche aucunement de vendre ce qui les supporte : les livrets, Cds, DVDs, booklegs, livres de poches, livres grand format et beaux-livres… Et de faire connaître également d’autres opérateurs, véritables artisans de l’esprit, du livre, de ce qui amène les sentiments et idées à prendre forme dans un format, le choix d’un papier, des couleurs, des odeurs…

J’aime le terme de Boutique que nous avons choisi pour notre lieu. Cela me rappelle mon enfance et mes vacances en Italie où nous allions à la « Bottega » où l’on trouvait de tout au village familial.

J’aime cette Boutique et l’esprit qui l’anime, l’esprit que nous y avons mis avec tous les collaborateurs bénévoles de la folle aventure de maelstrÖm reEvolution. J’aime aussi la convergence toujours plus forte qui s’opère avec l’autre partie de mes activités : la Maison de la poésie d’Amay et les éditions de l’Arbre à paroles qui sont de plus en plus présents également dans cette boutique.

J’aime celles et ceux qui, du mercredi au samedi, de 14h à 19h et lors de tous les événements rendent ce miracle possible d’une Boutique joyeuse et accueillante, ouverte sur le monde.

Les deux prochains jours, chère e-lectrice, cher e-lecteur, seront très spéciaux.

Je vais te parler de...