Journée de rencontre et d’échange "Amener les jeunes à l’écriture et à la lecture" - 22 juin 2012

 

Intervenants, Associations, Partenaires :

Jean Foucault  notam­ment poète (une dizaine de publications personnelles et collectives), écrivain (une dizaine d’ouvrages littérature jeunesse), mais aussi chercheur dans le domaine des lit­téra­tures (enfance, jeunesse). Il anime des ateliers d’écriture et de lecture en milieu scolaire, dans le cadre d’associations et structures publiques diverses en France ou à l’étranger, dans le cadre de formations de publics professionnels. Sa thèse en Anthro­polo­gie sociale et cul­turelle à Paris-V s’intitule « Les ani­ma­teurs, la nais­sance d’un métier ». Ses « moteurs » de recherche sont principalement la g énétique des textes (travaux notamment autour de certaines œuvres d’Andrée Che­did, Jeanne Benameur, Hubert Mingarelli), le rap­port oralité-écriture dans le brouillon mental de l’écrivain, les rapports littérature-société à travers notamment les interrogations « violence et littérature” (le Rwanda), monde du travail et littérature, mémoire et imaginaire, la poésie (création et réception), l’écriture des jeunes, les ateliers d’écriture, les relations oralité-écriture, les Lieux et Espaces imaginaires en littérature de jeunesse.
Il est le directeur de l’association « Lignes d’écritures » (for­ma­tion de for­ma­teurs et centre de ressources sur les ate­liers d’écriture et les rela­tions lecture-écriture-oralité.
Il est à l’origine du MUP, mouvement de poéthique international en 2009. Le (M)inistère (U)niversel des (P)poésiens asso­cie « Ethique » et « Poésie ». Il dédie une grande part de son écriture, de sa réflexion et des échanges universels à l’imaginaire de la Pomme de Terre [1] .
Jean Foucault est aussi Directeur de la collection « Références critiques en littératures d’enfance et de jeunesse » aux éditions l’Harmattan. Il est également membre du comité scientifique de la Revue Ivoirienne des Sciences du langage et de la Communication à l’université de Bouaké (Côte d’Ivoire) - http://www.jean-foucault.fr

Lignes d’écritures est un réseau d’animateurs et de partenaires autour de l’écriture, de la lecture et de la jeunesse depuis 1994. Lignes d’écritures devient une association en 2001. Elle propose des formations, l’accompagnement de projets autour de la lecture et de l’écriture (démarches engagées plus particulièrement au service du monde de l’enfance et de la jeunesse), l’organisation et la participation à des conférences, des débats autour du désir d’écrire, du conte par delà le bien et le mal, des thématiques diverses dans le champ de l’interculturel, de l’écriture de voyages, entre autres thématiques. Les domaines de l’enfance et de l’interculturel constituent les axes prioritaires de Lignes d’écritures. (L’enfance n’est pourtant pas le domaine exclusif, notamment dans le cadre de projets de quartiers...). L’association intervient auprès des bibliothèques, des services enfance-Jeunesse des Villes, des associations locales (réseau accompagnement à la scolarité, illettrisme) mais aussi auprès de partenaires internationaux. Dans le secteur de la recherche plusieurs membres de Lignes d’écritures sont associés aux démarches universitaires en France et dans le monde. Le directeur de l’association coordonne le réseau « littératures d’enfance » (LDE) créé au sein de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) - http://www.lignesdecritures.org

 

ACLEJ : L’association internationale des chercheurs de langue française sur les littératures d’enfance et de jeunesse. (ACLEJ) a été créée en 2008, dans les locaux de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord. L’association regroupe les chercheurs en langue française sur les littératures d’enfance et de jeunesse (que ces recherches constituent tout ou partie de leur activité), quelle que soit leur nationalité, à condition qu’ils utilisent le français, pour une part notable, dans leur activité scientifique. L’association est interdisciplinaire. L’Association a pour objet l’étude et toutes réflexions entre chercheurs sur les questions liées aux domaines de la littérature, de l’image et du multimedia. Elle travaille dans un esprit de coopération avec les Associations nationales et internationales de son champ, mais aussi, selon les besoins, avec les structures de recherches d’autres domaines, et les organisations scientifiques ou culturelles de toutes natures recoupant ce champ. Ses principales activités sont notamment : l’organisation de Congrès internationaux, d’autres manifestations scientifiques (symposiums, tables rondes, colloques, journées d’études, etc.), la constitution de groupes d’échanges et Comités de recherche, veille scientifique. Les Congrès internationaux ont lieu en principe tous les trois ans. Les Comités et groupes de recherche ont pour but de promouvoir les échanges et la recherche scientifique sur un secteur ou sur un aspect des littératures d’enfance et de jeunesse, ou encore sur un espace géographique - http://aclej.mshparisnord.org/

Les éditions Mijade  : La maison d’édition Mijade est née en 1993 du rêve de son fondateur, Michel Demeulenaere, à l’époque libraire spécialisé en BD et livre jeunesse. Elle se spécialise dans les albums illustrés pour enfants et les romans pour adolescents et jeunes adultes. Les albums édités par Mijade sont des fictions illustrées destinées aux enfants qui ont entre deux et huit ans. Ils sont conçus comme des divertissements à l’usage du public familial mais sont aussi largement utilisés par les enseignants du maternel et du primaire ainsi que dans les bibliothèques. "... Nous avons une prédilection pour les livres dans lesquels les problématiques du quotidien sont transposées sous forme de fables ou encore exposées de manière à élargir le point de vue de l’enfant sur le monde. Le but n’est jamais de faire la morale, mais d’amener le dialogue avec humour... "

Le fonds "albums" Mijade est réparti comme ceci : environ 50% des livres édités sont des créations et 50% sont des traductions ou des reprises. On trouve en effet dans la production Mijade d’anciens succès de librairie publiés ces 25 dernières années et dont les professionnels du livre comme le grand public regrettaient la disparition. En plus du catalogue "albums" (environ 200 titres disponibles), un département "poches" accueille une quinzaine de nouveautés par an (environ 150 titres disponibles) - http://www.mijade.be

Contalyre (asbl) : Contalyre est une association sans but lucratif crée en 1992 par Régine Barat, enseignante française. Cette association a pour objectif de répondre à la question suivante : « Pourquoi des enfants normalement scolarisés, sans problème d’apprentissage spécifique, et ayant acquis les mécanismes de la lecture, ne vont pas-ils naturellement vers le livre ? ». A partir de cette interrogation, les animatrices de l’association ont effectué différentes recherches et rencontré d’autres personnes qui se posaient la même question. Au fil du temps, des formations et des échanges, elles ont développé des techniques d’animations autour du livre qu’elles mettent en œuvre quotidiennement. Les objectifs de l’association sont donc le développement et la promotion de la littérature jeunesse ainsi que l’organisation d’animations ou d’évènements liés à cette activité promotionnelle. Ainsi, culture, éducation permanente et diffusion d’informations sont les moteurs de l’asbl. Son postulat : chaque être humain, enfant ou adulte, possède un potentiel imaginaire. A lui de trouver le livre ou l’activité qui va lui permettre de le développer. Il y a sept ans l’association s’est installée dans son propre espace, la Boutique des Mots. L’association reçoit régulièrement des services de presse de nombreuses maisons d’éditions qui après lecture sont commentés dans les revues « Crokalire » et « Petit Crokalire » disponibles gratuitement en ligne.
L’association participe activement à de nombreux activités : Bataille des Livres, projets intergénérationnels, Foire du livre de Bruxelles, Salon du livre de Namur… - http://contalyre.be/

Fondation d’utilité publique Lire le monde : La fondation a pour but de promouvoir l’accès à la lecture. Elle ne s’occupe donc ni de l’analphabétisme ni de l’illettrisme. Partant du constat que plus de la moitié de la population francophone, en Belgique ou ailleurs, n’achète pas de livre et, depuis l’école, n’a aucune pratique de la lecture-plaisir, la fondation veut, à l’instar de ce qui se fait en Grande-Bretagne, développer l’intérêt pour la lecture au sein des publics qui en sont dépourvus. Elle veut donc "fédérer", organiser, mettre ensemble autour d’une vaste opération de promotion de la lecture, tous ceux qui, de près ou de loin, ont quelque chose à voir avec la lecture : bibliothèques, libraires, théâtres, écoles, centres culturels, organisations associatives et pouvoirs publics. Son projet d’un Lirathon** (à la manière du Readathon britannique, existant depuis les années quatre-vingt) clôturant le 23 avril 2012 huit mois de sensibilisation intense dans tous les espaces publics et/ou privés possibles a déjà retenu l’attention de la Communauté française*. L’originalité de cette opération est qu’elle ne fait pas appel aux subventions publiques (déjà trop réduites) mais, au contraire, vise à récolter des fonds pour satisfaire les besoins non assouvis de tous les opérateurs susmentionnés - http://lirefaitvivre.over-blog.com/article-buts-de-la-fondation-lire-le-monde-78236715.html

* Ce projet vise, entre autres, à créer des ponts et des liens entre les divers événements organisés en Belgique actuellement autour du livre : Fureur de lire (octobre), Foire du Livre (mars) et Je lis dans ma commune (avril) et, également, à « combler les vides » entre ces événements . Il s’agit aussi de mettre mieux en lumière les manifestations et événements organisés par les acteurs de terrain : bibliothèques publiques, écoles d’alphabétisation, Lire et écrire, troupes théâtrales, conteurs etc…La Fondation Lire le monde recense encore les « bonnes pratiques » développées à l’étranger (France, Québec, Suisse mais aussi dans les pays anglophones ou autres) de manière à les faire connaître en Belgique.

** Le Lirathon est un téléthon organisé et diffusé par une ou plusieurs chaînes de télévision et radiophoniques belges le soir du 23 avril, journée mondiale du livre et de la lecture. D’une tenue non tapageuse mais intelligente et divertissante, cette soirée fait appel aux dons du public comme le font déjà les opérations 48 81 00 ou 11 11 11. En Grande-Bretagne, le Readathon jouit d’un énorme succès.

IBBY : L’association internationale IBBY qui signifie International Board on Books for Young people (en français Union Internationale du livre pour enfants) est l’Union Internationale pour les livres de jeunesse, association sans but lucratif, fondée à Zurich, Suisse, en 1953. Elle forme un réseau international qui œuvre dans le monde entier pour inciter les jeunes à la lecture. En Belgique, l’association a pour objectif la promotion, l’encouragement à la production et à la diffusion d’une littérature belge francophone de jeunesse, la représentation sur le plan régional, communautaire, national et international, la promotion d’actions d’échanges entre les deux Communautés belges et avec l’étranger, le soutien aux prix littéraires, expositions et manifestations en faveur du livre de jeunesse. IBBY (section francophone) est partenaire du CLJBxl - Centre de Littérature de Jeunesse de Bruxelles. Une revue professionnelle bimestrielle de la Section belge francophone de IBBY, Libbylit informe de tout ce qui se passe en Belgique et à l’étranger dans le domaine du livre de jeunesse : présentation de la production littéraire, des expositions, des conférences, des animations, des spectacles de contes, de théâtre pour les jeunes, des manifestations diverses et une revue de presse spécialisé et se consacre aux nouveautés dans le domaine du livre de jeunesse. http://www.ibbyfrancophone.be/FR/ACTIVIT/Libbylit/Libbylit.html

Kalame : Kalame est une association, sans forme juridique (c’est un projet porté par l’asbl Entrez Lire), qui fédère des personnes, qui toutes développent une activité d’animateur d’atelier d’écriture et s’incrivent dans une démarche de partage de leurs pratiques, de réflexion, de travail en réseau. L’association se veut ouverte. S’en référer indique que les animateurs ont signé leur adhésion aux principes fondateurs de Kalame à savoir : qu’ils développent une pratique personnelle de l’écriture et de la lecture, que c’est le travail sur le texte qu’ils placent au cœur de leur pratique, qu’ils s’engagent à respecter l’écriture des participants, à réfléchir à la relation qu’ils entretiennent avec eux, à viser par leur accompagnement à leur progression, leur autonomisation, et à veiller à éviter toute ambiguïté (en terme d’édition, de reconnaissance…). Kalame a pour missions essentielles la formation de ses membres (animateurs) et l’information du public. Elle reçoit pour ce faire un soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Kalame vise à professionnaliser le secteur des ateliers d’écriture, c’est-à-dire à favoriser la formation, à soutenir les animateurs dans leur pratique. Elle offre à ses membres des outils concrets : de documentation (bibliographie en ligne, articles, etc.), de formation initiale, de formation continuée : elle organise des journées d’échange, de réflexion, des rencontres avec des experts, des supervisions, des compagnonnages, ses « brouillons d’ateliers », etc. réservés à ses members, de communication. Kalame s’adresse au grand public et à tous les amateurs et passionnés d’ateliers d’écriture, via ce site, via la LIK : sa Lettre d’Information, via la revue « Parenthèse », qu’elle produit en partenariat avec Indications, et parfois d’autres outils de communication « papier ». Concrètement, l’association propose au grand public : une présentation personnalisée de ses membres, tous animateurs d’ateliers d’écriture, les annonces des ateliers d’écriture animés par tous ses members, d’autres informations relatives au secteur : concours, rencontres… des réponses personnalisées pour orienter judicieusement le choix d’un atelier, des actions publiques : Kalame, n’organise pas à proprement parler d’ateliers d’écriture, mais propose, conçoit, produit ou soutient par sa participation à des projets, plus ou moins festifs. Y interviennent plusieurs animateurs dans un esprit de travail collectif, destinés à l’information sur le secteur. Elle prend part à certaines opérations de la Fédération Wallonie-Bruxelles, comme sa participation active au concours de nouvelles. Kalame propose aux bibliothécaires, animateurs de centres culturels, enseignants... et tous les autres intervenants intéressés, qu’ils soient du secteur socio-culturel ou de la santé mentale : de les soutenir dans l’accueil, l’organisation et la promotion d’ateliers d’écriture, par des contacts personnels mais aussi en organisant des journées de sensibilisation, de réflexion ou de formation à leur intention de les mettre en relation avec des animateurs, des écrivains, des associations d’auteurs. Kalame reçoit le soutien du Service Général des Lettres et du Livre de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La Petite Fureur : Le concours « La Petite Fureur » (de Lire), un concours à triple objectif (encourager la créativité des lecteurs, promouvoir la lecture chez les enfants de 3 à 13 ans, mettre en valeur les auteurs et illustrateurs de Wallonie et de Bruxelles), il est organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles et coordonné par Le Wolf , La Maison de la littérature de jeunesse. Le concours (édition 2010) a réuni 3800 participants. Il a récompensé 127 enfants de 3 à 13 ans qui ont participé à titre individuel ainsi que 47 classes de Wallonie et de Bruxelles. Ceux-ci ont remporté des livres offerts par la Communauté française, les librairies labellisées, les éditeurs partenaires du concours et l’IBBY. Le lancement annuel de ce prix financé par la Fédération Wallonie-Bruxelles a lieu lors de la « Fureur de Lire ». Il touche de nombreuses écoles sur l’ensemble du territoire. La Ligue des familles et Le Ligueur lui apportent leur soutien en diffusant l’information. Au départ d’une sélection annuelle de douze titres, les enfants de 3 à 13 ans sont invités à prolonger leur lecture par une forme artistique de leur choix : dessin collage, poème, adaptation théâtrale ou musicale ( à l’exception de réalisations en trois dimensions) - www.fureurdelire.be

Natacha WALLEZ est Maître de formation pratique dans la section Bibliothécaire-Documentaliste à la Haute école Paul-Henri Spaak (IESSID - catégorie sociale). Elle anime également de nombreuses rencontres autour de la littérature jeunesse auprès de revues, d’organisations culturelles en Belgique et à l’étranger.

Bibliothèque centrale pour la Région de Bruxelles-Capitale  :

Un réseau :

 

Les missions :

  • Gérer le CCBI (Catalogue collectif bruxellois informatisé)
  • Promouvoir le livre et la lecture
  • Promouvoir les bibliothèques publiques
  • Organiser la formation continue des personnels des bibliothèques (conférences, colloques, formations)
  • Informer les professionnels : Bibliothèques en Capitale

 

Les services :

 

Bibliothèques spécialisées :

http://www.bibcentrale-bxl.be/