Interlude - contrainte - Roman sans verbe

@font-face font-family : "Cambria" ; p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal margin : 0cm 0cm 10pt ; font-size : 12pt ; font-family : "Times New Roman" ; div.Section1 page : Section1 ;

Le Train de Nulle Part est un roman en 233 pages, écrit par Michel Dansel sous le pseudonyme de Michel Thaler en 2004. Le roman est entièrement rédigé sans aucun verbe.

Exemple : « Quelle aubaine ! Une place de libre, ou presque, dans ce compartiment. Une escale provisoire, pourquoi pas ! Donc, ma nouvelle adresse dans ce train de nulle part : voiture 12, 3e compartiment dans le sens de la marche. Encore une fois, pourquoi pas ? ».

@font-face font-family : "Cambria" ; p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal margin : 0cm 0cm 10pt ; font-size : 12pt ; font-family : "Times New Roman" ; div.Section1 page : Section1 ;

Une contrainte artistique volontaire est une contrainte artistique (formelle, théorique, plastique, thématique…) utilisée sciemment comme un moteur créatif. Les contraintes sont à la base de la littérature « oulipienne » et plus généralement de tous les « Ouxpo » Ouvroirs d’X Potentielle (Oulipo, Oupeinpo, Outrapo, Oubapo, etc.)Le rapport entre les contraintes artistiques et littéraires et la liberté est problématique : on soupçonne parfois les premières de nuire à la sacro-sainte seconde. À ce sujet, Raymond Queneau (dans Bâtons, chiffres et lettres) écrivait : " Une autre bien fausse idée qui a également cours actuellement, c’est l’équivalence que l’on établit entre inspiration, exploration du subconscient et libération, entre hasard, automatisme et liberté. Or, cette inspiration qui consiste à obéir aveuglément à toute impulsion est en réalité un esclavage. Le classique qui écrit sa tragédie en observant un certain nombre de règles qu’il connaît est plus libre que le poète qui écrit ce qui lui passe par la tête et qui est l’esclave d’autres règles qu’il ignore. "

Par ailleurs, l’OuLiPo a nuancé de lui-même la rigidité de la contrainte, par le concept de clinamen, qui réintroduit la liberté dans la création.

« Parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense ! » Charles Baudelaire, à propos de la forme sonnet, dans Petits poèmes en prose.