Histoires de vies, quelques livres

  _ Histoires de vie

_ Dix livres à ne pas manquer
 

 
Chers lecteurs,
Afin de profiter au mieux de ces dernières semaines d’été, les rédacteurs deSciences Humainesont sélectionné pour vous dix livres. Dix récits de vie qui nous livrent un enseignement sur la nature humaine et nous font vivre, de l’intérieur, des expériences hors du commun.
Nous vous souhaitons une agréable fin d’été, de belles et intenses lectures.
Une femme trop belle pour être prise au sérieux, une autre plongée dans la jungle parisienne. Un enfant transformé en chien de guerre, un autre que l’on élève à la testostérone… Autrefois, écrire ses mémoires était le signe distinctif des gens importants, ayant participé à des événements historiques.
 Mais ceux qui aujourd’hui entreprennent, seuls ou avec l’aide 
d’un tiers, de se raconter sont souvent nos semblables, à un détail près : un fait, un événement, une aventure peu ordinaire a dominé ou infléchi le cours de leur vie toute tracée.
|

   

 

   

 

 
_ souvenez_vous.jpg 

_ Souvenez-vous de moi, l’enfant de demain.

Carnets d’un enfant de la guerre

Serge Amisi est né, dans le courant des années 1980, à Kinshasa, capitale, à l’époque, du Zaïre. Environ dix ans plus tard, il est enlevé par les troupes de Laurent Désiré Kabila qui s’apprêtent à chasser le dictateur Joseph Désiré Mobutu du pouvoir. Ces « Carnets d’un enfant de la guerre » sont le récit des quatre ou cinq années durant lesquelles le petit Serge sera transformé en kadogo , c’est-à-dire en enfant soldat, armé, botté et plongé au cœur de l’une des plus cruelles guerres que l’Afrique ait connues...

_ Lire la suite

   
_

choix_des_femmes.jpg

_ Le Choix 
des femmes.
 Vers un nouveau féminisme. 
  

Des récits de vie, la psychiatre Fatma Bouvet de la Maisonneuve en écoute tout au long de ses consultations. Des vies de femmes, chacune différente, mais toutes sous-tendues par les mêmes interrogations, les mêmes difficultés à s’épanouir dans leur couple, leur famille ou leur travail. Des femmes ordinaires, ni spécialement névrosées ni atteintes de syndrome particulier qui pourrait justifier leur état… Alors pourquoi ? Qu’est-ce qui dysfonctionne chez ces femmes qui se disent en souffrance, craquent ou s’épuisent jusqu’au burnout , tombent parfois dans l’alcoolisme ? 


_ Lire la suite

   
_ d_une_foi_a_l_autre.jpg _ D’une foi à l’autre. Portraits de convertis

« Si Dieu existe, qu’il se montre à moi ! » Salim, bouleversé, s’est enfermé dans sa chambre. Sur sa table, un Coran et une Bible. Le premier livre représente sa vie passée : orphelin très jeune, né en Isère de parents algériens, il n’a jamais questionné la foi léguée par sa famille. Il ne le sait pas encore, mais cette Bible dont il entame la lecture est son avenir. À deux heures du matin, il voit une nuée blanche, apaisante, l’envelopper de la tête aux pieds. À l’aube, il est un autre homme. Un de ces born again , de ces gens qui renoncent à une vie de pécheur après une rencontre directe avec le divin, et qui emplissent les temples du renouveau protestant.

Lire la suite

 
   
no_impact_man.jpg
 

No impact man

Vous connaissez Superman, Spiderman, voire Iron Man. Découvrez maintenant No Impact Man, héros écologique du quotidien. Colin Beavan a tout pour être heureux : une femme qu’il aime et qui l’aime, une enfant attachante et joyeuse, un métier qui lui plaît et dans lequel il réussit et un appartement dans le centre de Manhattan. Malgré tout, un doute s’insinue en lui, et croît pour devenir plus qu’une gêne : un remords. Le remords de ne rien faire face au réchauffement de la planète. Il décide donc de mener à bien un projet : « Pendant un an, ma fille, ma femme et moi, qui habitons en plein cœur de New York, avons essayé de vivre sans causer d’impact sur l’environnement. »

_ Lire la suite

   

_ La fille du chasseur

_

Mariem est née en 1936 dans le désert mauritanien. Sa mère appartenait à une tribu de pasteurs chameliers, son père est de celle des Nmadis, des chasseurs d’antilopes qui nomadisent dans l’Est de la Mauritanie. « C’est incroyable qu’ils aient donné une fille à des Nmadis. Des guerriers, donner une femme à un chasseur ! » 
. À travers ce récit, énoncé à la première personne et transcrit par l’ethnologue Sophie Caratini, on prend une vue directe sur le mode de vie des tribus nomades de Mauritanie, avec ses normes, ses contraintes, ses valeurs.

_ Lire la suite

   

_ Survivre 
dans la rue
 . Américaine et SDF 
à Paris


_


Ann Webb était aide-soignante et travaillait dans l’Oregon. Trentenaire, vivant seule, séparée de sa famille, elle faisait partie des working poors américains qui ont du mal à joindre les deux bouts. Un jour, elle profite d’une offre low cost pour un billet d’avion vers l’Europe, son rêve. La voilà à Paris, qu’elle regarde avec des yeux éblouis. Au moment de reprendre l’avion, une grève de plusieurs jours survient. Son vol est annulé et elle découvre que sa compagnie n’a prévu ni remboursement, ni transfert de vol. Démunie, incapable d’acheter un autre billet, la voilà coincée à Paris, sans un sou. Au bout de trois jours, elle se retrouve dans la rue, où elle découvre une nouvelle vie, celle de SDF. 
 Lire la suite
   

 

" Je suis né 
ni fille ni garçon
"

_
C’est un enfant en robe vichy rose, qui aime jouer avec sa poupée, sur lequel les passants se retournent en s’extasiant – « Oh, la jolie petite fille ! » – mais que l’on a baptisé Didier. Un enfant qui a les cheveux longs mais que l’on inscrit dans une école de garçons. Comme chaque année en France un enfant sur trois mille, Dany Salomé est né avec une ambiguïté chromosomique et les attributs des deux sexes. On les appelait naguère hermaphrodites, le corps médical parle de « troubles du développement sexuel », ils préfèrent se dire intersexués.

_

Lire la suite
_

   

 

Dans la peau d’un chef de gang

_ Les études en sociologie mènent à tout. C’est ainsi que Sudhir Venkatesh, étudiant de l’université de Chicago, a gagné, sans trop le vouloir au départ, la sympathie d’un chef de gang et de ses acolytes, dans l’une des cités les plus dégradées et les plus ghettoïsées de Chicago. Une sorte de no man’s land où plus aucune ambulance ni force de police ne se risque à entrer. 
En 1990, lorsque son directeur de thèse l’invite à étudier les populations noires les plus pauvres, des jeunes armés le retiennent une nuit entière dans un local. Lorsqu’il est libéré, le lendemain matin, sur décision de J.T., le boss local, il a compris qu’il est tombé sur une bande organisée. Il décide de retourner sur les lieux muni d’un pack de bière pour proposer à J.T. de « passer du temps » avec eux..

_

Lire la suite

   
confession_mangeuse_de_viande.jpg
_ Confession d’une mangeuse de viande

_ De Marcela Iacub, juriste et philosophe, on connaissait les plaidoyers contre les morales sexuelles intrusives. Or, la voilà qui, sans prévenir, fait un coming out végétarien sans s’écarter du droit fil de sa philosophie libérale. Comment est-ce possible ? Confessions d’une mangeuse de viande donne le récit argumenté de son adieu aux côtelettes, aux saucisses et au bœuf à la ficelle. C’est sous l’effet d’une vérité refoulée et brusquement révélée que M. Iacub a vu l’horreur des bêtes que l’on mène à l’abattoir, mesuré l’injustice grave qu’il y avait là, et renoncé à la zoophagie.

_

Lire la suite

   

_ Vies ordinaires en Corée du Nord

_ Elle s’appelle Mi-Ran, a grandi et vécu en Corée du Nord. Elle est façonnée par les comptines apprises lorsqu’elle était enfant : « Même si un océan de feu se dirige vers nous, de tendres enfants ne craignent rien ; car notre père est là. Nous n’avons rien à envier au reste du monde. » Dès la classe élémentaire, on lui a inculqué la peur et la haine du monde extérieur. Malgré cela, et en dépit de son amour sincère pour le père de la patrie Kim Il-sung, elle a décidé de fuir. Institutrice de maternelle, convaincue que seule « une éducation politico-éducative correcte permet aux élèves de se forger une conception révolutionnaire du monde » , Mi-ran a vu, petit à petit, sa foi se lézarder. 


_ Lire la suite

|
| |


_ Pour contacter le service clients : serviceclients@scienceshumaines.com