François Emmanuel et Colette Nys-Mazure 13/11/2010

 

" (…) Le lecteur mesure l’ampleur de la fable politique tout autant que sociale et écologique. Mais le sort des personnages, qui ne sont pas des symboles mais des êtres de chair et de sang, le garde haletant. Avec une actualité brûlante, se déchiffre la situation désespérée des réfugiés de la barge tirée par le bateau. Il faut savoir si on est du côté des bêtes.

On connaît l’art de créer une atmosphère et la langue somptueuse de François Emmanuel. On garde dans l’oreille son phrasé inimitable. Et dans l’imaginaire, un kaléidoscope de couleurs et d’associations suscitées par ses mots, choisis un peu à côté, en vertu de cette « méprise » poétique recommandée par Verlaine.

Du dialogue mené avec lui, surgiront lumières, ombres aussi rien de plus naturel lorsque le romancier navigue en eaux profondes.

Quand je dis mon secret, il renaît plus profond, observait Emmanuel Lochac."

Colette Nys-Mazure, août 2010.

(Derniers livres parus, Courir sous l’averse, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Littérature ouverte ». Réédition des Contes d’espérance accompagnés d’un CD).

Librairie Quartiers Latins

14, Place des Martyrs

1000 Bruxelles tel : 02 227 34 00
Entrée libre.
email : quartiers.latins@cfc-editions.be

Pour toute information complémentaire concernant cette rencontre : www.cfc-editions.be