Concours de la Maison de la Francité

Grand concours 2011
de la Maison de la Francité
 
 
« Je t’appelle citadelle »

@font-face font-family : "Cambria" ; p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal margin : 0cm 0cm 10pt ; font-size : 12pt ; font-family : "Times New Roman" ; a:link, span.MsoHyperlink color : blue ; text-decoration : underline ; a:visited, span.MsoHyperlinkFollowed color : purple ; text-decoration : underline ; div.Section1 page : Section1 ;

Rompant avec les habitudes, le concours 2011 de la Maison de la Francité sera consacré au slam. Venu de la rue et parfois qualifié de « poésie urbaine », ce genre est largement ouvert aux non-professionnels. Proche du texte de chanson, fait pour être déclamé en public, le texte de slam exprime en toute liberté des thèmes comme le vécu personnel de l’auteur, son expérience de la vie et de la société, dans un langage où dominent le rythme saccadé et les jeux de sonorités.

En forme d’interpellation, le titre « Je t’appelle citadelle » amorce une chaine de rimes avec des mots comme « elle », « aile », « infidèle », « passerelle », « Bruxelles », « fraternel », etc. Quant au contenu, le « tu » pourra désigner une personne, une ville, l’Europe, ou encore le bonheur, etc. La citadelle, en effet, peut être vue comme une réalité concrète ou morale, sous un angle positif (observatoire, protection, refuge) ou négatif (domination, enfermement, inaccessibilité) ; chacun d’entre nous peut donc avoir sa (ses) citadelle(s). Enfin, le verbe « appeler » a au moins deux sens différents : « héler » ou « nommer »…

 

Les conditions et le règlement sont lisibles et téléchargeables sur le site de la Maison de la Francité : http://www.maisondelafrancite.be/index.php?nav=activites&subnav=concoursdetextes