Choisir un atelier

Le public

Certains ateliers s’adressent à des publics spécifiques. Il peut être question d’âge, d’expérience en matière d’écriture, de conditions sociales, de critères géographiques, etc.

Certains ateliers, menés à l’intérieur ou à l’initiative de certaines institutions, ne s’adressent pas au grand public : il s’agit par exemple des ateliers en milieu scolaire, hospitalier, pénitentiaire… Parmi ceux-ci, on peut distinguer les ateliers qui s’adressent à des groupes constitués à qui l’animateur propose un projet pré-établi (c’est lui qui détermine les objectifs), des ateliers destinés à des individus demandeurs qui s’y inscrivent donc avec une attente, un projet, des objectifs personnels.

D’autres encore sont ouverts à tout public.

Enfin, si la plupart des ateliers accueillent une dizaine de participants, l’étendue du groupe peut, elle aussi, varier.

Les objectifs

C’est un des critères principaux qui aide à choisir un atelier bien adapté.

Ils peuvent globalement être classés d’après le domaine dans lequel les participants vont être amenés à progresser :
- les ateliers d’écriture ludiques réunissent des participants autour du plaisir d’écrire. Il s’agit souvent de produire du texte, et il n’y est guère question de progresser dans un domaine particulier. Ils constituent néanmoins une expérince collective, d’échange et de partage, ainsi qu’une expérience d’écriture, et peuvent permettre aux participants de (re)prendre confiance, de (re)découvrir leur imaginaire…
- les ateliers d’écriture à objectif littéraire sont des ateliers de création : ils visent principalement à travailler dans la recherche de « son écriture », son style propre, sa voix personnelle… vers l’autonomie et la littérature. C’est souvent le processus d’écriture expérimenté qui prime.
- les ateliers d’écriture à objectif social permettent aux participants une meilleure intégration sociale. En pratique, il s’agit d’alphabétisation, d’écriture « utile » (rédaction de courrier, curriculum, dossiers, communiqués etc.), de maîtrise de la langue française, etc.
- les ateliers d’écriture visant à un développement personnel sont axés sur l’expression de soi, de ses sentiments et émotions. Si L’écriture permet d’accéder à un bien-être, Kalame néanmoins n’envisage que les ateliers où elle garde la place centrale, où c’est bien d’écrire de partager et de commenter des textes avant tout dont est question (Il existe en ce domaine des ateliers où l’écriture n’est qu’un moyen parmi d’autres comme la parole, le sport, ou toute technique artistique...)

Un atelier d’écriture peut présenter des objectifs combinés.

Nous ne parlons pas ici d’objectifs thérapeutiques. En effet, quoi que les ateliers d’écriture peuvent produire des effets en terme de mieux-être, l’animateur, dans le cadre des ateliers qui sont proposés sur ce site, ne passe pas avec le participant de contrat thérapeutique.
Le genre

Une première distinction est à opérer entre les ateliers d’écriture de fiction et ceux consacrés au récit de vie, où les participants travaillent la biographie, le témoignage, à partir d’une matière vécue.

Par ailleurs, certains ateliers proposent de travailler, de manière spécifique, un genre littéraire : nouvelle, roman, poésie, écriture dramatique, scénario, conte, chanson, fragment...
D’autres ateliers proposent une sorte de parcours parmi différents genres.
D’autres encore permettent aux participants d’évoluer chacun dans un genre différent.

La plupart des ateliers sont construits à partir de consignes (aussi appelées propositions, contraintes...) d’écriture. Celles-ci souvent émanent de l’animateur. Parfois, l’animateur permet au groupe de construire, lors de la séance, un cadre collectif qui servira de consigne. Enfin, certains animateurs accueillent les participants avec leur projet personnel d’écriture, qu’ils développent grâce au soutien du groupe.

La durée, la périodicité

Les ateliers peuvent proposer de travailler ensemble pendant une séance, qu’elle dure deux heures ou une journée ; mais certains cycles parfois s’étendent sur toute une année !

Il est important, avant de s’engager, de savoir si l’inscription se fait pour une seule séance ou pour un cycle (rythme hebdomadaire, mensuel …), avec une engagement à être présent à toutes les séances ou à la carte, avec ou non écriture personnelle à domicile entre les séances.

Avant de débuter un travail de longue durée, certains animateurs proposent l’inscription ferme et définitive après la première séance.

Les données pratiques

Il s’agit du nombre de participants, du nombre de séances, du lieu, du prix, des conditions particulières…

Autres critères

Des critères - tels que l’esprit, l’ambiance de l’atelier - sont primordiaux. Plus subjectifs, ils découlent de la personnalité de l’animateur et de la combinaison de différentes règles.
Car, selon les objectifs et les circonstances de l’atelier, et selon sa formation, son expérience, sa sensibilité… chaque animateur choisit les moyens qu’il met en œuvre. En combinant telle ou telle règle, il détermine le déroulement de l’atelier.
Ces règles sont souvent présentées en début d’atelier.
Vous pouvez aussi poser quelques questions utiles à l’animateur.
Par exemple :
- L’écriture sera-t-elle individuelle ou collective ?
- Ecrit-on sur place / chez soi / les deux ?
- L’animateur propose-t-il des consignes ?
- Les participants lisent-ils leurs textes ?
- Tient-on compte de l’orthographe ?
- Propose-t-on des retours sur les textes ? Par qui ? Selon quels critères ?
- Y a-t-il ré-écriture ?
- Est-on tenu à un résultat ? Lequel ?
- Y a-t-il des prolongements (publication, lectures publiques, etc.) ?

En conclusion

Il ne s’agit pas ici d’être exhaustif.
Ce ne sont que des pistes afin, encore une fois, de vous permettre de choisir l’atelier le mieux adapté. Mais attention aux jugements à priori : certaines règles apparemment positives peuvent se révéler inadéquates, alors que d’autres, apparemment sévères, peuvent se montrer très utiles.

En cas de doute, n’hésitez pas à nous écrire à info(at)kalame.be