Atelier d’écriture

La définition la plus élémentaire, voire minimaliste, de l’"atelier" serait sans doute : un endroit et un moment où travailler ensemble.

Un "atelier d’écriture" serait très simplement : un lieu et un temps où écrire ensemble .

Si, à la place d’atelier, on disait laboratoire , surgirait l’idée intéressante de révélateur (labo photo) mais surtout, selon la définition : "lieu où se prépare, s’élabore quelque chose ; où l’on fait des expériences, des recherches", on introduirait d’autres notions, qui ne sont pas automatiques dans toutes les pratiques, mais qui sont très chères au réseau, comme l’idée :

  • que contrairement à certains cours, il ne s’agit pas d’un endroit où celui qui connaît déverse un savoir sur ceux qui ne connaissent pas
  • que c’est le lieu où les participants peuvent faire des erreurs, puisque celles-ci les feront avancer
  • que c’est un lieu de découverte et de nouveauté, voire de surprise (on ne trouve pas toujours ce que l’on cherchait, ou bien là où on le cherchait). Cette notion est précieuse car elle sous-tend l’idée qu’on ne vise pas seulement à imiter ou à "écrire bien". La "copie", l’écriture "à la manière de…" étant parfois d’intéressants moyens pour progresser, pour se chercher, mais pas une fin en soi.
    Ensuite, se posent de nombreuses questions dont les réponses vont déjà spécifier le type d’atelier d’écriture ! Un exemple ? La notion de travail, d’assiduité, qu’évoque "la recherche" ne pourra pas s’appliquer à tous les ateliers : en effet, il est des ateliers d’écriture purement ludiques où le plaisir prend le pas sur l’effort.

En tout état de cause, un atelier d’écriture n’est ni un cours, ni une école, ni n’importe quel endroit où règneraient les "il faut" et les "on ne peut pas". Ce n’est pas un lieu où apprendre des trucs, où devenir célèbre, où se transformer en écrivain…